Règles d’accessibilité aux personnes handicapées

Il faudra désormais prendre en compte chaque type de déficience :

1. Prise en compte de la déficience motrice

  • Escaliers aménagés y compris dans les bâtiments équipés d’un ou plusieurs ascenseurs,
  • Usage des portes (atteinte des poignées…) et des équipements des parties collectives et privatives,
  • Les manœuvres d’1/2 tour dans les sanitaires, la mise en place d’un ascenseur …
  • Définition de la manœuvre du fauteuil roulant, des espaces de repos et d’accès aux équipements,
  • Amélioration des exigences de stationnement adapté (nombre, caractéristiques).

2. Prise en compte de la déficience visuelle

  • Le guidage dans les déplacements,
  • Les contrastes : pouvoir voir et pouvoir lire, repérer facilement les éventuels dangers,
  • Le repérage : des bâtiments, des équipements, des obstacles des parties vitrées…
  • La qualité de l’éclairage pour les équipements les cheminements …

3. Prise en compte de la déficience auditive

  • La protection des piétons proches des lieux « véhicules »,
  • Le repérage visuel du fonctionnement des gâches électriques,
  • La communication visuelle en général,
  • La qualité sonore pour la circulation dans les communes et dans les halls,
  • La signalisation adaptée à la déficience auditive.

4. Prise en compte de la déficience intellectuelle

Souvent, la plupart des améliorations et des normes concernant les déficiences sensorielles profitent à la déficience intellectuelle :

  • Une signalisation adaptée : visible par tous, lisible pour tous et compréhensible par tous,
  • La qualité de l’éclairage naturel ou (et) artificiel (son éclairement, son fonctionnement).

Les exigences sont également étendues à :

  • Pouvoir se repérer, pouvoir communiquer,
  • Les conditions d’accès et d’accueil dans les bâtiments et leurs abords (cheminement, stationnement),
  • Les revêtements de sols et des parois adaptés,
  • Les équipements et mobiliers extérieurs et intérieurs pouvant être installés.
Menu
×
Menu